jeudi 22 septembre 2016

Virée dans les Alpes

Je crois que l'on peut dire que les vacances, les voyages, c'est une drogue. Une drogue dure même : une fois que tu y as goûté, tu ne peux plus t'en passer. Tu reviens, tu ne penses qu'à une chose : la prochaine fois que tu pourras te procurer ta came, la savourer ... Et c'est exactement ce qu'il s'est passé en mars quand nous sommes rentrés de Norvège : nous voulions repartir, dès cette année, en famille cette fois-ci !

Une idée folle a alors germé : rallier la Norvège (du Nord, tant qu'à faire), en voiture depuis la Corse. Un voyage comme ça ne se fait pas en une semaine. Alors, nous nous disions sur l'ensemble de nos vacances d'été. Seulement, nous avons deux enfants, pas petits, mais pas grands non plus. Ne sachant pas si nous survivrions à 10 000 km en voiture avec les deux, nous avons donc décidé de revoir nos plans à la baisse.

Notre banquier nous a fortement incités à revoir nos plans à la baisse.

Et c'est ainsi que nous nous sommes retrouvés dans les Alpes cette année. Nous avons quand même eu des vacances différentes de celles que nous prenons les autres étés. Tout d'abord parce que nous avons pris la route pendant plus de deux semaines. Nous ne plantions pas la tente plus de trois nuits au même endroit et nous n'avions pas de camp de base (la maison au village) entre deux campings. Ensuite, certes nous étions dans les Alpes, mais pas que les Alpes françaises.

Nous sommes allés en Italie. Et même si je connais l'Italie, même si j'y suis déjà allée, je ne m'étais jamais arrêtée dans ses montagnes, ses parcs nationaux, je n'y avais jamais randonné. C'était donc une première pour moi mais aussi pour l'homme et les enfants.

Au total, on a fait quatre parcs nationaux, deux en France, deux en Italie. Dix promenades / randonnées et seulement une que nous connaissions. Vu une quantité de fleurs impressionnante, des marmottes à ne plus savoir qu'en faire et des chamois en quantité.

Nous avons vu des paysages splendides. Rencontré des gens adorables. J'ai baragouiné italien. Je me suis gelée quelques nuits, surtout dans le Val Grande. Nous avons été mouillés, une fois ou deux.

Et surtout, surtout, on a passé du temps ensemble. Nous nous sommes déconnectés en plein, tout de suite, dès la sortie du bateau, nous ne savions plus quel jour on était. 

C'était bien.












Je reviendrai sur chaque étape, plus en détail. C'était un bref résumé en mots et en images ...

mercredi 21 septembre 2016

Les enfants les plus zens de la terre - Être mère #66

C'était un beau samedi de septembre, les enfants jouaient ensemble dans leurs chambre. Ayant décidé de relever un défi culinaire, de me lancer dans la Très Haute Gastronomie, j'étais concentrée sur la préparation de mon repas : des cordons bleus au babybel. J'avais pas mal galéré à entourer mes pseudos-fromages de tranches de jambon (le cochon n'avait peut être pas connu les antibiotiques mais il était mal découpé et les tranches faisaient des lambeaux) puis à paner le tout.

Bref, j'étais concentrée sur ma cuisine, à faire cuire comme il faut mes cordons-bleus quand soudain retentit un bruit strident.

Immédiatement, je demandais aux enfants de se calmer, de faire moins de bruit. Ils n'en eurent cure. Je n'ai clairement pas pris l'option "monstres pas bruyants" ; je me suis faite arnaquer pour le coup ! Je me dirige vers le pied de l'escalier pour leur intimer l'ordre, deux étages plus haut, de faire moins de bruit.

C'est là que je me rendis compte que mes adorables bambins n'étaient nullement fautifs dans le brouhaha soudain.

Il s'agissait de l'horreur qu'on nous a imposée de mettre dans toutes les maisons il y a à peu près deux ans ... Le détecteur de fumée. C'est à ce moment là que je me rendis compte que ma cuisine avait produit un certain smog dans la pièce du bas. Après avoir ouvert les fenêtres pour faire sortir la fumée, et constatant que ça ne suffisait pas à faire stopper l'autre allumé, je pris l'initiative de lui enlever les piles.

Pendant tout ce temps, les enfants étaient descendus voir ce qu'il se passait. Pourquoi il y avait tant de bruit en bas (ils ne sont donc pas sourds) (ça me rassure parce que des fois, j'ai des doutes). Je leur explique. Ils remontent jouer.

Quelques minutes plus tard, nous avons mangé nos cordons bleus. Ils n'étaient pas cramés, ni les pommes noisettes. Les enfants ont adoré et confirmé que c'était de la Très Haute Gastronomie !

Cet incident aurait pu en rester là et j'aurais très bien pu ne pas vous le conter s'il n'y avait pas eu une suite ... Deux semaines plus tard, je retrouvais le chemin de la cuisine pour cette fois, préparer un Osso-Bucco. J'étais concentrée à saisir ma viande quand un bruit strident retentit dans la maison. Je réagis aussitôt : 

"Batman, tu peux aller couper le sifflet à l'autre enquiquineur au détecteur de fumée ?"

Il s'exécuta et dit aux enfants "Ce n'est rien, c'est votre mère qui cuisine !".

Dois je préciser que Batgirl et Catboy n'avaient pas bronché et continué leurs jeux comme si de rien était ? En tout cas, je l'ai fait remarquer à leur père ... Nous n'avons pas des enfants plus stressés que ça, voire même plutôt cools.

C'était ma participation au Être Mère de Babidji

lundi 19 septembre 2016

Je suis bien embêtée pour les prochaines élections

On va finir par croire que je suis une éternelle indécise, que je ne sais pas faire de choix par moi-même. Je suis en pleine période de doutes et de remises en question et ça me laisse un peu perplexe tout ça. Moi, si prompte à râler, gueuler. Moi, toujours droite dans mes bottes, je ne sais pas, je ne sais plus.

Vous me direz, j'ai encore sept mois pour me décider et trancher mais au rythme où vont les choses, ce n'est pas sûr que ça s'arrange d'ici là. Laissez moi vous conter les choses.



J'ai découvert les blogs il y a une dizaine d'années. A l'époque, une campagne présidentielle battait son plein et je m'enflammais, j'avais dit pour qui je voterais sur le blog que je tenais à l'époque. J'avais même eu des discussions animées avec mon père qui venait de décider qu'il n'irait plus voter, qu'il ne participerait plus à cette mascarade. Il était inconscient, à n'en point douter.

Il n'est pas allé voter. Le bismuth a gagné (c'était sûrement de la faute à mon père).

Cinq ans plus tard, on a remis ça avec de nouvelles présidentielles. Je tenais déjà ce blog et les plus anciennes se souviennent peut être encore de cette période. Je ne me suis pas autant enflammée mais j'ai souvenir d'une période très enrichissante et de débats, d'articles plus ou moins engagés. C'était le bon temps, je savais encore ce que j'allais faire : voter pour quelqu'un au premier tour et dégager le Bismuth au second. A l'époque, la gauche avait une chance d'être présente au second tour et j'étais encore traumatisée par mes premières présidentielles (en 2002).

La "gauche" a gagné et gouverne désormais depuis plus de quatre ans. Petit à petit, toutes mes illusions ont disparu. La crise économique et le chômage s'aggravent. Le pays est ensanglanté par des attentats. Et le gouvernement en place mène une politique loin des idéaux de la gauche, même si je lui reconnais quelques avancées sociétales (le mariage pour tous, l'ivg remboursé à 100 % et c'est à peu près tout).

Et petit à petit, mon envie de voter pour le seul parti de "gauche" qui ait un jour accédé au pouvoir et qui ne m'a jamais vraiment branchée a disparu. Y compris pour faire barrage. Petit à petit, je me suis ralliée aux idées de mon père. Comme beaucoup, j'ai rallié le camp des abstentionnistes : les élections ne sont qu'une mascarade. Je ne veux plus participer à cette mascarade. Le système doit exploser.

Ce n'est pas une décision que j'ai prise à la légère. Bien au contraire. Je connais les risques. Mais je l'ai prise.

Et c'est ainsi que, sciemment, je ne me suis pas déplacée aux territoriales de 2015 : aucun ne me faisait vibrer. Je ne voulais donner ma voix à aucun de ces guignols. Je ne l'ai donnée à personne. Personne.

Et ce sont les natios qui ont gagné (c'était sûrement de ma faute). Ils ne sont pas pires que leurs prédécesseurs. Ils ne sont pas mieux non plus.


Et ça m'a fait du bien. Et j'avais décidé d'en faire autant à toutes les prochaines élections. A la rigueur, j'envisageais de me déplacer et de mettre un bulletin blanc. Mais rien de plus. Faire barrage au FN ? Même plus envie : les voir tous espérer se retrouver face à la Dondon au second tour pour nous refaire le coup de Chirac en 2002 me file la gerbe.

Je les exècre tous. Qu'ils assument leurs fautes si la Dondon vient à passer. Tel est le fond de ma pensée.

Oui mais voilà, le Bismuth revient sur le devant de la scène. Il nous refait le coup de 2006 et celui de 2011 : occuper tant que faire se peut les médias. Faire parler de lui, encore et toujours. Il m'est insupportable. Il est corrompu jusqu'à la moelle, il est mis en examen et il ose briguer la présidence. Il fait taire les médias, alors qu'il n'est plus rien. Il a un discours empli de haine, il s'attaque aux principes de la démocratie encore plus que le FN. Il veut embastiller des gens sur simple présomption, se débarrasser des "arguties de la démocratie", mais il est le premier à en user et en abuser.

Bref, tout cela pour dire qu'il me sort tellement par les yeux que je ne veux pas prendre le risque de le revoir passer. A tel point qu'un jour, j'ai pensé que si on a le Bismuth face à la Dondon en mai 2017, je n'irai pas à la pêche ... Pourtant, je pense que mon opinion vis-à-vis de cette dernière et de son parti n'est pas à prouver et argumenter.

Et puis, et puis, l'autre jour, j'ai lu cet article : 6 (très) bonnes raisons pour les femmes de fuir le FN. On peut dire que ça m'a remis les idées en place.

Ou pas car depuis, je ne sais que faire. Je suis partagée entre ma résolution de ne plus voter, de ne plus participer à cette mascarade et ma haine pour le Bismuth.


Et toi, qu'en penses tu ? Arrives tu à te décider ou l'indécision te gagne ? Comment résous tu toutes ces contradictions ?

jeudi 15 septembre 2016

Petit matin - InstaCorse #1


Au détour, d'un chemin, à la faveur des premiers rayons du soleil, les montagnes se dessinent en ombres chinoises. On se croirait dans un dessin d'enfant.

J'ai envie d'essayer de poster, de temps en temps, des photos de mon île prises sur le vif. Ne pas forcément renouer avec le défi une photo par jour, un peu trop lourd à porter au final. Mais un instantané. Histoire aussi de travailler mon œil photographe. Et si je l'appelais "InstaCorse" ?

mercredi 14 septembre 2016

La rentrée en bref - Être mère #65

Et voilà, ça y est, on peut dire qu'on est rentrés : première semaine complète entamée, réunions et consignes passées, enfants arrachés au doux traintrain des vacances, les rendez-vous médicaux qui reprennent et l'inscription à la piscine validée. Un indice que ça y est, on est dans le bain ? Plus un seul mercredi de libre : on peut désormais faire une croix sur l'idée de plage le mercredi après l'école ...

Pauvres de nous !

Je ne sais que dire de cette rentrée. Elle est cool cette année, pas de nouveauté : CE1 et MS. Mêmes enseignants que l'année dernière. C'est cool, ici. Les enfants rodent leurs techniques personnelles de reprise. L'ainée, fidèle à elle-même, et selon une technique fort bien huilée depuis maintenant 7 ans (oui, je compte la crèche aussi) nous envoie bouler au bout de deux minutes. Le petit, quant à lui, nous traite de parents tortionnaires et s'accroche à notre cou tous les matins en hurlant le plus fort possible, espérant peut être que ses grands-parents sur le Continent l'entendront et voleront à son secours. C'est mal les connaître ... ils ne m'ont jamais secourue !!!

Non, rien de bien neuf. Par contre, ce qui est nouveau, c'est la présence de gendarmes devant l'école le matin de la rentrée. Oui, ça c'est nouveau. Tout comme le laïus des enseignants sur les consignes de sécurité, les exercices qui vont être pratiqués au cours de l'année. Naïvement, je pensais que dans nos petits villages et petites écoles, on y échapperait. Naïve que je suis. Et une fois ressortie de ça, avoir la boule à la gorge.

La boule à la gorge parce qu'on a l'impression qu'on entre dans une nouvelle dimension. Une dimension qui nous était inconnue. Je me questionne quant à l'utilité de ces dispositifs. Je me questionne sur ce que vont ressentir les mômes même si je sais que les enseignants feront leur possible pour qu'ils ne stressent pas. Mais quand même, et leur enfance ? Est-ce que j'exagère, après tout, ils s'adaptent, peut-être plus facilement que nous. Et je me questionne aussi sur l'efficacité de ces mesures. Surtout quand on connaît "l'école" de Batgirl, là où elle a classe depuis maintenant 6 mois et ce encore pour un temps indéfini. Se dire que si un taré arrivait, on pourrait avoir une enseignante et 24 mômes au tapis en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

Bref, je ne sais pas que te dire sur cette rentrée des classes. Rien de bien drôle en vérité.

Ah si, une bonne chose, un point positif ! Batgirl ne fera pas (que) du dessin cette année au péri-scolaire !!! Oui, oui, oui, elle fera autre chose que du dessin au péri-scolaire et, rien que pour ça, on va faire péter le champagne !!! Des activités sont prévues et on a un programme (on va oublier la dernière fois que c'est arrivé) (ça n'a pu se faire à cause d'un certain feu de joie) pour le mois de septembre : deux sorties et du travail sur ces sorties. Champagne, je te dis !!!

Et sinon, autre point positif, qui me fait plaisir: la classe de Catboy compte une petite quinzaine d'élèves cette année. Soit beaucoup moins que l'année dernière. Et pour mon bonhomme, je trouve ça pas si mal finalement. Si tu ajoutes qu'il a un maitre passionné qui du coup va être plus disponible et peut-être un peu moins fatigué, j'espère que le petit va passer une bonne année. 

Et sinon, c'est quand les vacances ???

C'était ma participation au Être Mère de Babidji

lundi 12 septembre 2016

Je ne sais comment m'habiller

L'automne s'annonce chargé cette année, très chargé même : dans les deux mois à venir, il va falloir faire bonne figure et montrer patte blanche. A trois inaugurations, pas moins que ça. Et chaque fois, le gratin local sera présent : ambassadeur du pays ami, maîtres de l'île, président du conseil. Que du beau linge, je te dis.

Les petits fours et le champagne vont couler à flot. Presque autant que les discours de congratulations et auto-congratulations. On va allègrement oublier les mois, les années de bataille, de galère et on va se féliciter, s'auto-féliciter. Je le vois venir d'ici !

Et nous, on va être présents, écouter bien sagement les discours, discuter avec les petits comme nous, ceux qui galèrent, font le travail et n'existent pas vraiment dans ces cas-là (même si on a personnellement reçu les cartons d'invitation, quand même). Heureusement qu'il y aura du jus de raisin fermenté, je te dis.

On va même serrer des mains importantes.



Mais avant cela, le matin, il faudra s'habiller. On ne peut décemment pas se présenter tout nu à ce genre de manifestation. Non, ce n'est pas décent, vraiment pas ... Mais comment s'habiller ?

Là est mon plus gros problème. Et même si je ne suis pas une modeuse, je ne manque pas de robes ou de jupes. Certaines font même habillées et pourraient très bien le faire chez l'ambassadeur. J'ai même des talons hauts, que je mets parfois. Et j'ai aussi du maquillage, quelque part dans ma salle de bains.

Bref, j'ai de quoi m'habiller mais je ne suis pas sûre que ces tenues soient adaptées aux circonstances. Ah oui, j'ai oublié de préciser, que ce qu'on inaugurera, ce qu'on fêtera en grande pompe, ce sera la mise en service de ... stations d'épuration flambant neuves !!! Oui, rien de moins, rien de plus non plus.

Et, si un homme n'a aucun problème à se pointer en costard-cravate-chaussures noires cirées. Si personne ne dira rien devant une telle tenue. Si cela est normal. Une femme en robe et talons aiguilles, sur une station d'épuration, ça ne le fait pas. Une fois, une personne de ma connaissance a essayé. Je me souviens encore des sourires amusés.

Et pourtant une robe et des talons ne sont pas moins adaptés à une station qu'un costume et des chaussures cirées. Ou je dirais plutôt l'inverse : un costume et des chaussures cirées ne sont pas plus adaptées qu'une robe et des talons.

Alors, je ne sais pas. Je ne sais pas comment m'habiller. Je le sais d'autant moins que je n'ai pas, mais alors pas du tout, envie de revêtir ma tenue de combat habituelle pour les visites de station d'épuration.

Affaire à suivre ...


jeudi 8 septembre 2016

Au bout de ses rêves

Je tairai le nombre d'années d'amitié qui nous lient, y compris sous la torture. Tout ce que je peux te dire, c'est que si elle avait vécu sur mon île en 2012, on aurait pu être copines de chambre à la maternité. Tout ce que je peux te dire, c'est que c'est le genre d'amitié qui se compte en décennies (avec un S, oui).

L'autre jour, je discutais d'elle avec Batgirl. Elle me disait qu'elle ne travaillait pas et je lui rétorquais que si, désormais, elle en avait un :
                 - Ah, oui, c'est vrai, elle fabrique des objets et elle les vend. Mais pourquoi toi tu ne fais pas pareil avec des robes ?
                 - Et bien, parce que je les trouve pleines de défauts, parce que si je voulais gagner de l'argent, il faudrait que je les vende très cher. Et puis parce que je n'ose pas.


Mais là n'est pas le sujet. Le sujet est que pendant que je mène une confortable vie de petite fonctionnaire, elle, elle a fait preuve d'un courage extraordinaire. Elle a accompli un rêve : s'affranchir du salariat et vivre de sa passion, de son  loisir, de ses mains. 

Et en ça, je l'admire. Déjà, j'admirais ce qu'elle créait avec trois fois rien et qu'elle nous offrait avec tout son cœur. Mais aujourd'hui, je l'admire encore plus d'avoir tout simplement osé franchir le pas, se mettre à son compte et en vivre ! Chapeau bas ma belle !!!

Trêve de blablas, je vous laisse admirer un extrait du travail :


Accroche sac - Spéciale dédicace à Escarpins et Marmelade



Donc, voilà, c'était un extrait de ce que ma copine fait. Si vous voulez en savoir plus, je vous mets le lien vers sa boutique : Les créas de Jess et sa page Facebook est ICI. Encore une ou deux petites choses avant de vous laisser.

En ce moment, si vous commandez sur sa boutique, il y a des promotions pour la rentrée mais il faut se dépêcher. Et surtout, surtout, elle fabrique des supers calendriers de l'avent pour les petits bouts (mieux que ceux de playmobile et consorts).

Cet article n'est absolument pas sponsorisé  !!! Ou alors juste par quelques décennies d'amitié ;-)