Articles

Affichage des articles du septembre, 2015

Non, ça ne me choque pas

Image
Suis-je la seule ? Suis-je donc la seule à ne pas être choquée par l'Affaire du jour ? Sérieusement, dites moi donc : suis-je vraiment toute seule ?
De grandes plumes se sont exprimées sur le sujet. Toutes vont dans le même sens : c'est une Honte, on se moque des blogueurs. Je vous ai lues Mmes Daam et Gourion. J'ai bien entendu vos arguments et certains font mouche, certes. Mais désolée, je ne suis toujours pas convaincue et non, je ne suis pas choquée.
Pourtant, j'ai eu vent du fameux blog à partir d'un des fameux articles incriminés, dans mon fil d'actu Hellocoton. Je suis tombée dans le panneau et j'y ai cru. Quelques minutes. Jusqu'à ce que je trouve sur mon mur facebook un autre de ces articles indignés. Il ressemblait quasi mot pour mot au premier. C'était étrange. J'ai alors pensé à un fake, comme on en trouve parfois sur Internet.
Et puis le pot aux roses m'a été révélé. Et je n'ai pas été choquée.
Pourtant, je devrais l'êt…

Défi 366 - Semaine 8

Image
Petite devinette ! qu'est-ce qui est le plus dur dans un tel défi ? Prendre une photo tous les jours ou une seule photo par jour ? Je vous le donne en mille ... Je prends plaisir, je m'éclate et même, j'anticipe mes clichés d'un jour sur l'autre ! Au final, je ne dois tout de même n'en retenir qu'une et une seule dans la présentation.

Cette semaine, la pluie a refait son apparition sur l'île, le temps d'une matinée. Ma copine la Farfa m'a inspirée et je me suis amusée avec l'olivier ce jour-là.

Et en fin de semaine, nous en avons eu marre de nos matinées à la plage alors nous avons. Ben non, je ne vous le dirai pas, je vous laisse découvrir en dernière photo.




Capitale coloniale

Image
Hier encore, c'était l'été, depuis plus de six mois. Un bel été comme elle les aimait : chaud et sec, sans une goutte d'eau pendant des mois. Aussi, quand elle débarqua, elle fut saisie par le froid et l'humidité.
Se retrouver ainsi projetée en l'espace de deux heures d'avion en plein cœur de l'automne la laissa interloquée. Et puis elle se rappela que pendant le trajet, elle avait survolé Lyon et avait donc franchi le cercle polaire. 
Elle ne s'attarda pas plus longtemps sur de telles considérations et s'engouffra dans les transports en commun : elle avait devant elle deux heures pour rallier la Défense. Pendant le trajet, elle s'occupa comme elle put et finalement s'amusa bien. Passer au-dessus de l'autoroute bloquée par les bouchons lui rappela que la veille, elle avait craqué dans le sien qui ne devait pas faire plus d'un kilomètre ; au bout de deux minutes, elle avait allègrement laissé la voiture pour parcourir les huit cent d…

Défi 366 - Semaine 7

Image
Dans la joie et l'allégresse, mardi, j'ai repris le chemin du travail après deux semaines. Les enfants ont été lâchement laissés en pâture à SuperNanny et aux enseignants. Du coup, Catboy a cessé de pleurer pour aller à l'école ...
Je me suis même payé le luxe d'une journée de formation à Paris, mercredi. Cette journée fut particulièrement enrichissante : j'ai (re)découvert la pluie, le froid et l'humidité (depuis plus de 6 mois sans, je ne savais plus ce que c'était), le métro, le bruit et la pollution ainsi que les magasins.
Batgirl, inscrite aux cours de natation, s'est éclatée avec son tout nouvel attirail de natation, qu'elle a étrennés dans le bassin olympique de la Casa la baignoire. Et mercredi soir, elle a été la reine de la brasse coulée aux tests (elle nage, sous l'eau). Et ce week-end, nous avons eu notre première confrontation aux devoirs : elle a été fidèle à elle-même et si on l'avait laissée faire, elle aurait travaillé tout…

Grandir libres

Image
Si je ne devais employer qu'un seul mot pour définir mon enfance (et mon adolescence), j'utiliserais celui-ci : "libre". C'est drôle aujourd'hui de voir en rouge clignotant ce terme-là quand j'y repense ; je le dirais à la gamine (ou pire l'ado) que j'étais, elle me rirait au nez. Bien sûr que non, elle n'était pas libre : elle avait l'école, les devoirs, elle ne vivait pas à La C., et il y avait les parents. Limite, elle me traiterait d'Alzheimer.
Bien sûr, il y avait tout ça. Et mes parents n'étaient pas dans la tendance "no limit", pas d'encadrement, pas de baffe. Il y avait des règles. Sûrement bien trop à mon goût.
Mais finalement, oui, nous étions libres. Libres de prendre nos vélos et de partir seuls sur les routes alentours. Libres de courir la montagne et d'imaginer mille et une choses. Libres de partir une nuit bivouaquer dans la montagne. Libres d'aller à la rivière. Libres de transformer le villag…

Merci mais Non Merci

Image
La semaine dernière, j'ai reçu une charmante lettre de Michel (et de Najat aussi mais je ne me souviens plus de ce qu'elle disait, pourtant, je l'ai eue deux fois sa lettre à Najat ... Faudra que je la relise parce que j'ai deux mots à lui dire à elle). Bref, revenons-en à nos moutons : la semaine dernière, Michel (Sapin) m'a écrit.
C'est gentil de sa part, vous ne trouvez pas ? Moi, si. En tout cas, j'ai été très émue qu'il m'ait écrit. Que me voulait il ? Oh, rien de bien méchant. 
Juste se vanter de son action envers les foyers modestes. Grâce à lui, et son action pour les foyers modestes, mon chèque de juillet a été augmenté, de quelques pourcents.
C'est gentil n'est ce pas ? Oui, très gentil. Alors, je voulais lui répondre.
Je voulais lui dire que c'était fort aimable de sa part mais que personnellement, je préfèrerais faire partie de ces veinards qui râlent devant leur feuille d'impôts plutôt que d'être considérée comme un…

Défi 366 - Semaine 6

Image
Pour cette sixième semaine du défi, j'étais (encore) en vacances ... Pour accompagner cette rentrée qui est finalement un peu plus compliquée que prévu. Plus compliquée parce que, tout d'abord, si l'école accepte les enfants à partir de la toute petite section (soit à peine plus de 2 ans), les bus scolaires, eux ne les prennent pas avant ... 3 ans révolus.
Ce qui, pour nous, pose un léger souci organisationnel vu que Catboy doit prendre le car pour se rendre à son école, distante de plus de 10 km de notre village, et pas dans le bon sens pour nous rendre à notre travail (en gros, il faut remonter un peu plus dans la montagne au lieu de descendre vers Ajaccio). Les joies des règles à la con. La mairie semble vouloir nous aider à résoudre ce souci. Inch'Allah.
Sinon, rien de bien spécial. A part que j'ai bien eu les glandes de devoir signer la charte de la laïcité, sachant que le recteur a accordé à toute l’académie la journée de mardi dernier en raison d'une fê…

Enrichissons notre vocabulaire

Image
L'été se termine. Entre un stage intensif chez un grand-père à moitié rital (et accessoirement assez sanguin au volant) et des tours en voiture avec leur mère qui est sur certains plans la digne fille à son pôpa, les enfants ont enrichi leur langage d'un joli vocabulaire très fleuri et imagé. 
(À notre décharge: les touristes de cette année ont été très casse-c***...) 
Avant la rentrée des classes et qu'ils ne se fassent punir à cause de celà, il a fallu élargir le champ des possibles sans se servir de gros mots. 
Bref, on ne dit pas "conn***d". Et chauffard ne peut absolument pas se substituer à ce mot ni être employé contre tout crétin qui ne conduit pas comme nous...
Je leur ai promis de leur montrer ce que c'était un chauffard dès qu'on en verrait un. Manque de bol, alors qu'ils sont en règle générale monnaie courante sur nos routes, depuis cette promesse, je n'ai pas eu l'extrême plaisir d'en voir un.
Revenons-en à nos moutons automo…

Désarmée et désemparée

Image
Ce jour-là, il y avait des vagues. Étant seule avec les deux, nous avons changé un peu nos habitudes de jeu, un oeil sur chacun, encore plus qu'à l'accoutumée. Nous nous sommes néanmoins beaucoup amusés, comme un dernier jour de vacances.
À quelques kilomètres de là, une famille parmi tant d'autres s'apprêtait à prendre le bâteau. Pas pour partir en vacances, non pour partir vivre, tout simplement. Vivre, loin des bombes et des fous furieux qui sévissent dans leur pays.
La suite, tout le monde la connaît: ils sont quasiment tous morts. Engloutis par cette mer qui nous amusait, nous, quelques heures plus tôt.
La photo d'un des leurs, rejeté sur une plage, a fait le tour du monde.
L'émotion, justifiée, aussi.

Cette année, ils sont plus de 600 000 à avoir fui. Combien d'entre eux sont morts dans l'indifférence la plus totale ? Enfermés dans nos égoïsmes, nous tournons la tête pour ne pas les voir.

Il est indéniablement des drames qui touchent plus que d&#…

Défi 366 - Semaine 5

Image
Cette fois-ci, contrairement à la précédente, ce fut une semaine de vacances.  Une semaine pour profiter des enfants, de la plage sans les touristes, préparer et accompagner la rentrée, aussi. J'aime bien cette semaine de début septembre malgré des pots de colle on the beach et des escargots sur la route. Si on regarde le bon côté des choses, ça donne l'occasion d'occuper les trajets intelligemment en donnant des leçons de vocabulaire aux enfants (mais je crois que ça vaudra un article à part).
Et comme la semaine précédente s'est achevée sur un  incendie de forêt, on a eu l'occasion de voir en Live comment ça se gérait. Le jour J, les canadairs tournent, on voit passer de nombreux hélicoptères. Les suivants, même quand on ne voit plus rien, les pompiers sont toujours là à travailler. Il y avait plusieurs hélicos de l'armée basés dans un champ pendant plusieurs jours, au cas où. J'ai pensé à mon père.



Deux enfants. Deux caractères.

Image
Depuis quelques jours, je suis (encore) en vacances. Des congés juste pour le plaisir de profiter des enfants trop longtemps partis, de la plage moins encombrée (enfin, c'est ce qu'on espère) et aussi préparer puis assurer la rentrée. 
Et cette année, pour la première fois, c'est une double rentrée. Et c'est une occasion pour voir, une fois encore à quel point les caractères peuvent différer... 
Batgirl, si elle en est à sa 4ème rentrée, n'en est pour autant pas la moins inquiète. Cet été, elle a recommencé à se ronger les ongles, c'est pour dire... Et cette nuit, et bien cette nuit, on a bien vu passer les minutes entre minuit et 1h30. Et, comme à la bonne vieille époque, elle n'a pu se rendormir qu'une fois que je suis restée avec elle dans son lit.
Pourtant, elle était contente. Elle allait retrouver ses grandes copines de l'année dernière. Et même des copains et copines du début, avant que le regroupement scolaire ne la fasse partir dans un aut…