Articles

Affichage des articles du 2016

Décembre en Corse

Image
J'aimais bien aller trainer mes guêtres du côté de la place Victor Hugo. J'ai souvenir de jeux de lumière dans les fontaines gelées, de collants sous le jean pour me protéger du froid. Mais j'aimais bien ça. Noël approchait, une ambiance particulière régnait sur ma ville, un air de fête.
C'était il y a bien longtemps.
Aujourd’hui, ces froids vifs ont disparu. Ils sont loin de moi, dans ma mémoire et dans mon cœur. Allie réchauffement climatique et migration du cœur des Alpes vers la Corse et tu auras une idée du fossé entre ces mois de décembre.
Et même si ces froids vifs me manquent. Même si je regarde avec peine les rares névés subsistant des chutes de neige de novembre, en haut, tout en haut de la montagne. J'adore décembre en Corse. C'est un mois un peu particulier entre traditions locales et envie de vivre comme partout. Un mois en douceur, comme une parenthèse dans l'hiver. Décembre en Corse, peu le connaissent et pourtant, il est sans doutes l'un…

Quelques mots pour Alep

Image
Sous nos yeux, Alep se meurt. Et l'immobilisme demeure. Pour les aider, Qu'avons nous fait ?
Mais que faisons-nous ? Alep se meurt devant nous. Et nous nous déchirons. Pourtant, certains ont trouvé la solution.
Si simple, si évidente. Plutôt que de fuir. Se battre, ils n'ont qu'à.
Alep s'est rebellée. Alep est massacrée. Avec elle, la troisième voie s'éteint. Avec elle, l'alternative à Bachar et Daesh s'éteint.
Mais pour Alep, qu'avons nous fait ? Les coupables avons désigné. Bachar et Poutine Et nos dirigeants immobiles.
Puis les yeux avons détourné. A nos petites vies sommes retournés. Comprends, nous avons une crise économique. Comprends, nous avons une crise politique.
Alep, je suis déchirée. Alep, je suis désolée. Nous t'avons abandonnée Et notre humanité, piétinée.
L'histoire nous regarde. L'histoire nous juge.
J'ai honte, tellement honte. De nous, de moi.

La brillantissime idée qui remet tout en place

Image
Marine, je sais que tu vas être étonnée, mais, je voulais te dire un petit mot. Un tout petit mot : Merci. Du fond du cœur, Merci. Merci beaucoup, même ! Et encore, ce n'est pas assez fort "Merci" pour exprimer les sentiments qui bouleversent mon cœur depuis cet après midi mais j'ai une excuse : je n'ai pas l'habitude de te dire des mots gentils, de te remercier. Depuis que j'ai appris que, toi présidente, les enfants d'étrangers n'auraient plus accès à l'école, je saute de joie. Je me suis même cognée la tête au plafond, tellement j'exultais. Ou alors, mieux, ils auront école mais pas au milieu des bons petits français. On ne se mélange pas beaucoup mais alors là, ce sera ségrégation quasi-totale. Comme à la belle époque d'Hitler avec les petits juifs.
Quelle brillantissime idée d'interdire l'accès à l'école de la République aux enfants de clandestins et de la faire payer aux enfants d'immigrés. Comme ce sont les fami…

Un prénom pour la vie

Image
Je râle beaucoup, m'offusque facilement mais je suis quelqu'un d'assez réservé et il est très rare que je m'engatse directement avec les gens, surtout quand ce sont d'illustres inconnus. Et pourtant et pourtant, quand il s'agit de mes enfants, je ne réfléchis plus, toute mon éducation s'envole et je pars au quart de tour.
Il faut toujours se méfier d'une mère accompagnée de son petit. Toujours, quelle que soit l'espèce animale, y compris humaine ... Sachez-le.
C'est ainsi qu'il y a quelques années, sur la plage, j'ai eu une violente altercation avec un groupe de sombres idiots. Des imbéciles qui n'avaient rien trouvé de mieux que, depuis un long moment, de se gausser du prénom de ma fille. Mon enfant de 5 ans, qui jouait tranquillement et ne leur avait rien demandé. J'avais fini par voir rouge et j'étais partie en Live.
Depuis ce jour-là, je ne supporte plus qu'on se moque des prénoms. Rire d'un prénom, faire une lis…

Une méditation, et ça repart

Image
Depuis le réveil, c'était un jour "Sans". Une de ces journées où on n'a envie de rien, du tout. Pas envie de faire cette journée, justement. Pas envie de sortir du bain. Pas envie d'aller à la Sant'Andria l'après midi. Mais quelle idée de leur avoir laissé le choix ? Le choix entre aller au cinéma voir le dernier Disney et se rendre à la Sant'Andria ... Je voulais me faire un cinéma avec eux, régresser à fond devant le Disney de Noël.
Pas envie non plus d'aller à la formation du lundi et du mardi. Mais quelle idée de s'être inscrite à cette formation ? D'autant plus que depuis deux jours, j'avais confirmation que l'un des deux concours était foiré, en plein.
Bref, pas d'envie. Aucune. Même me trainer lamentablement comme une vieille loque ne me tentait pas. Pourtant, je sentais que je devais me bouger, me motiver, sinon le reste de la journée allait être catastrophique. Vers midi, j'ai fait habiller Catboy et je me suis se…

Parenthèse parisienne

Image
Cette histoire a commencé un jour de novembre 2015 quand, après avoir expliqué Charlie à une enfant de cinq ans et demi, après avoir expliqué à une enfant de six ans et demi pourquoi une femme était suspendue dans le vide et appelait au secours, j'ai dû lui dire que non, deux mois plus tôt, je n'avais pas enjambé des cadavres à tous les coins de rue dans Paris. L'état d'urgence battait son plein et je n'avais pas peur par contre, j'avais de la peine pour mon enfant qui avait une image pitoyable de Paris. J'ai voulu monter, monter pour lui montrer que Paris, ce ne sont pas les attentats. 
Paris n'est pas une ville en guerre. Paris est belle en décembre quand elle prépare Noël.
Mais mon banquier a opposé son véto à cette envie de terrasse parisienne. Alors j'ai pesté plus ou moins fortement et je me suis résignée. De toutes façons, ce n'était que partie remise : j'attendrai l'occasion et je monterai avec ma fille.
Et l'occasion s'…

Au ralenti, je tourne

Image
Je ne suis pas très présente en ce moment. Je m'en excuse (ou pas, d'ailleurs, après tout) mais j'ai un peu de mal à écrire. La fatigue et la grisaille de novembre qui me touchent en plein cœur, sûrement.
Pourtant, les sujets et idées ne manquent pas mais ces dernières disparaissent aussi vite qu'elles ne viennent, surtout quand je me cale devant un ordinateur pour écrire quelques mots. Je n'ai pas réussi à m'offusquer de l'élection de Donald. J'en suis navrée. C'est quand même dommage. Mais celle qui nous attend est tellement réjouissante que les États-Unis me semblent à des années lumière de chez nous. Et ma "bonne" résolution de ne pas voter fond, comme neige au soleil ... y compris pour la mascarade en cours. Il faut dire que le fion m'est encore plus insupportable que son concurrent. Son projet pour la France est à vomir. Je lui préfère encore la dondon, c'est dire. Mais je m'égare.
Non, franchement mais que faire ? Baiss…

En 2016, je creuse le trou de la sécu

Image
Cette année, je fais chauffer la carte vitale comme d'autres font chauffer la carte bleue. Ce sont ma sécurité sociale et ma mutuelle qui ne sont pas ravies.
Je ne l'ai jamais autant faite chauffer que cette année. Même quand j'attendais Catboy et que Batgirl n'avait encore que trois ans. Même quand Batgirl était à la crèche, y compris sa première année, malgré des visites hebdomadaires chez le toubib pendant l'hiver, je n'ai jamais autant fait chauffer ma carte vitale.

J'aurais peut être dû m'abstenir au mois de janvier de dire que quand on est mère, on sait pourquoi on cotise à la Sécu et on a une mutuelle. A priori, ça m'a grave porté la poisse !
Cette année (et elle n'est pas encore finie), les enfants et moi, nous sommes passés plusieurs fois chez des médecins, entre radiologues, orthopédistes, orthoptiste, ophtalmologue et pédiatre. Et même le généraliste en a vu au moins un de nous trois ...
Alors, pour compléter ce magnifique tableau, po…

Coup de sirocco - Insta'Corse #3

Image
En cette fin octobre, l'atmosphère est chaude, étrangement calme. Un épais brouillard de sable s'est installé sur la Corse. A travers ce smog, on distingue à peine le relief, le soleil a tant de mal à nous éclairer.
Quelle étrange ambiance, si paradoxalement calme.
Le sirocco est là, bien installé.

Le vieil homme - Instantané pluriel #2

Image
C'était un bien triste matin d'octobre, un de ceux qu'on oublie difficilement.

En allant chercher mon eau pour me faire un thé, j'ai croisé son regard à travers la vitre. L'immuable regard d'un vieil homme posé sur notre monde.
L'espace d'une seconde, j'ai croisé le regard d'un autre vieil homme, disparu la veille.
Ce mois-ci, Marie Kléber nous proposait le thème "Reflets" pour ses Instantanés pluriels de novembre : "Arrêt sur image, le temps se suspend. Le cliché surprend. Vous vous regardez ou vous regardez le monde.Vous surprenez un REFLET – le vôtre ou celui d’un objet, d’un instant.

Pour que d'autres aient ma chance

Image
Je ne la connaissais ni d'Eve ni d'Adam. Je ne savais même pas son prénom ni son nom. Mais je me souviens d'elle, de son histoire, ou plutôt de ses dernières heures comme si c'était hier. Et pourtant, c'était il y a un peu plus de 7 ans.
Elle vivait en Balagne, en Corse, elle était enceinte. C'était le mois d'avril. Ce jour-là, le travail a commencé. Elle a donc pris la route, pour se rendre à la maternité la plus proche, Bastia, à plus d'1h30 de voiture. Les secours ont été alertés et, devant l'urgence de la situation, pour lui éviter un accouchement dans la voiture, elle fut prise en charge par l'hélicoptère. 
Elle a vu son bébé mais ils ne sont jamais arrivés à Bastia. Le temps était trop mauvais.
Encore aujourd'hui, plus de sept ans après, je me souviens de ce fait divers. Je m'en souviens parce-que je me suis identifiée à cette jeune maman. A l'époque, j'étais enceinte de Batgirl, à un mois de mon terme. A l'époque, je …

Une bien lourde année

Image
J'ai remarqué que certaines années marquaient plus que d'autres, en bien ou en mal. Certaines années sont plus difficiles à passer que d'autres. Plus lourdes à porter aussi.
En ce moment, j'ai la sensation que 2016 en fait partie.
Il y avait déja eu le mois de février et son lot de désagréments. Je n'ai pas envie de les lister, de rabâcher, ils sont là, présents en moi. Si tu as envie, en lisant les archives de février, tu peux retrouver les plus sympathiques. Mais tous ne sont pas là. 
Et depuis quelques jours, j'ai l'impression que de nouveau, on est dans une mauvaise phase. L'impression, dit elle, la bonne blague. Juste l'impression ? Rigole, va, Catwoman, joue à l'autruche, reste dans le déni, va. 
Je ne vais pas lister. Ça ne sert à rien de rabâcher, ruminer. Entre autres amabilités, il a fallu courir pour sauver des eaux notre plus petit écolier, alerte Météo France tardive oblige. J'ai bien cru que nous allions connaitre l'eau ap…

Le pouvoir des mots

Image
Les mots ont un pouvoir, un immense pouvoir. Les manier, les manipuler, est un art. Je suis toujours admirative quand je lis certains blogs, certains textes de la dextérité avec laquelle ils sont agencés. Voir un tableau, une scène, une histoire se créer sous mes yeux me fait toujours rêver, me laisse admirative.
D'autant plus admirative que je n'ai pas le sentiment d'être très douée. Mes phrases sont généralement courtes, vont à l'essentiel. Dépeindre une situation, un sentiment, j'ai du mal. Comme en ce moment, j'ai du mal à écrire, je n'arrive pas à faire le tri, à agencer et manipuler. Mon esprit se brouille et se perd en mille et une pensées : le travail, les soucis du quotidien, la peine, la vie, ces articles que je voudrais écrire et que je n'arrive pas à avancer.
Pour en revenir à mon sujet, je ne pense pas être experte en mots. Quand je décris une scène, il n'y a que peu de place à l'imaginaire et je vais à l'essentiel, je ne brode…

Octobre au soleil - Instantané pluriel #1

Image
Accompagné des premiers frimas, octobre a pointé le bout de son nez.  Le froid n'est pas assez intense pour se réchauffer au retour d'une promenade autour d'un chocolat chaud.
On boit jusqu'à la lie ce soleil d'octobre. On s'en abreuve jusqu'à plus soif car ses jours sont comptés. 
Un thé chaud agrémentera parfaitement la lecture sur la terrasse, au soleil d'octobre. Et quand le ciel nous tombera sur la tête, ces moments nous chaufferont encore et dans notre âme ils bruleront encore, à la manière d'un feu de joie.
Les Instantanés singuliers de Marie sont devenus des Instantanés pluriels. On peut soit répondre par la photographie, soit par un texte, soit par les deux et si on manque d'inspiration, elle nous propose même une photo à elle pour nous inspirer.
En ce mois d'octobre, le thème était : L’été se carapate, l’automne pointe le bout de son nez. Nous gardons encore un peu de soleil dans nos cœurs, tout en nous appropriant le changement…

Le golfe de Porto dans tous ses états - Insta'Corse #2

Image
On a beau connaître l'endroit sur le bout des doigts. On a beau avoir l'impression de l'avoir déjà photographié sous toutes les coutures. 
Il est des lieux où il est strictement impossible de ne faire que de la photo de travail.
Il est des moments où l’œil et le doigt se mettent d'accord pour envoyer paître toutes les bonnes résolutions. 
Il est des clichés que l'on ne peut départager.
Une seule photo ? Un seul instantané ? 
Mais cela est strictement impossible ...
Je vous laisse juges : je ne pouvais faire autrement.










Je n'ai pas oublié mon Insta'Corse, surtout après l'accueil que vous lui avez réservé ... Juste, aucune régularité ne peut être attendue de ma part !!!

Epuisant cinq à sept - Être mère #67

Image
La maison est loin de la zénitude en ce moment, très loin. Les enfants ne sont pas forcément des plus tendres et obéissants et leur mère est à des années lumières de l'éducation bienveillante, des préceptes de Dolto et de Filliozat (pour être plus moderne) (en plus, je n'ai jamais lu aucune des deux, ça me ferait peut être du bien, ou pas).
Bref, certains jours, le plus mauvais épisode de SuperNanny, à côté de la maison, c'est du pipi de chat ...
Ce soir-là faisait suite à un week-end difficile et avait commencé en fanfare. Les pleurs, sur tous les tons possibles et inimaginables, de Catboy ne cessaient pas. J'avais réussi plus ou moins à tenir. Lui, pleurant à mes pieds. Lui pleurant dans sa chambre.
Mais à un moment, la digue à commencé à se fissurer, à rompre et ma colère à m'envahir. Je l'ai repoussé. Je ne pouvais plus. Tout simplement plus.
Je me suis échappée sur le balcon et j'ai pris l'air. La colère, l'angoisse, la souffrance. Tous ces se…

Je ne m'identifie pas à certaines visions

Image
Il y a quelques semaines, mon fil facedebouc m'a proposé un lien vers un groupe "athée, agnostiques et libres penseurs". Ma nature curieuse m'a poussée à cliquer sur le lien, comme ça, pour voir. C'est rare que je le fasse mais c'est aussi rare que mon facedecroute me propose un tel lien (bon, je vous rassure, il me propose encore moins souvent des groupes religieux). Je disais donc que je suis allée voir, comme ça.
J'ai vu quelques posts. J'ai lu les conditions générales de vente d'utilisation. Et je me suis dit "Pourquoi pas ? Ils ont l'air tolérants et n'utilisent pas l'athéisme comme excuse pour taper sur les arabes."
Oui, pourquoi pas rejoindre un groupe d'athées. Se sentir appartenir à une communauté. Comme les autres. Comme celles et ceux qui se disent catholiques, juifs, protestants, musulmans ou bouddhistes. Après tout, pourquoi pas ?
C'est vrai, j'ai l'impression qu'en tant qu'athées, agnost…

Virée dans les Alpes

Image
Je crois que l'on peut dire que les vacances, les voyages, c'est une drogue. Une drogue dure même : une fois que tu y as goûté, tu ne peux plus t'en passer. Tu reviens, tu ne penses qu'à une chose : la prochaine fois que tu pourras te procurer ta came, la savourer ... Et c'est exactement ce qu'il s'est passé en mars quand nous sommes rentrés de Norvège : nous voulions repartir, dès cette année, en famille cette fois-ci !
Une idée folle a alors germé : rallier la Norvège (du Nord, tant qu'à faire), en voiture depuis la Corse. Un voyage comme ça ne se fait pas en une semaine. Alors, nous nous disions sur l'ensemble de nos vacances d'été. Seulement, nous avons deux enfants, pas petits, mais pas grands non plus. Ne sachant pas si nous survivrions à 10 000 km en voiture avec les deux, nous avons donc décidé de revoir nos plans à la baisse.
Notre banquier nous a fortement incités à revoir nos plans à la baisse.
Et c'est ainsi que nous nous sommes…

Les enfants les plus zens de la terre - Être mère #66

Image
C'était un beau samedi de septembre, les enfants jouaient ensemble dans leurs chambre. Ayant décidé de relever un défi culinaire, de me lancer dans la Très Haute Gastronomie, j'étais concentrée sur la préparation de mon repas : des cordons bleus au babybel. J'avais pas mal galéré à entourer mes pseudos-fromages de tranches de jambon (le cochon n'avait peut être pas connu les antibiotiques mais il était mal découpé et les tranches faisaient des lambeaux) puis à paner le tout.
Bref, j'étais concentrée sur ma cuisine, à faire cuire comme il faut mes cordons-bleus quand soudain retentit un bruit strident.
Immédiatement, je demandais aux enfants de se calmer, de faire moins de bruit. Ils n'en eurent cure. Je n'ai clairement pas pris l'option "monstres pas bruyants" ; je me suis faite arnaquer pour le coup ! Je me dirige vers le pied de l'escalier pour leur intimer l'ordre, deux étages plus haut, de faire moins de bruit.
C'est là que je…

Je suis bien embêtée pour les prochaines élections

Image
On va finir par croire que je suis une éternelle indécise, que je ne sais pas faire de choix par moi-même. Je suis en pleine période de doutes et de remises en question et ça me laisse un peu perplexe tout ça. Moi, si prompte à râler, gueuler. Moi, toujours droite dans mes bottes, je ne sais pas, je ne sais plus.
Vous me direz, j'ai encore sept mois pour me décider et trancher mais au rythme où vont les choses, ce n'est pas sûr que ça s'arrange d'ici là. Laissez moi vous conter les choses.


J'ai découvert les blogs il y a une dizaine d'années. A l'époque, une campagne présidentielle battait son plein et je m'enflammais, j'avais dit pour qui je voterais sur le blog que je tenais à l'époque. J'avais même eu des discussions animées avec mon père qui venait de décider qu'il n'irait plus voter, qu'il ne participerait plus à cette mascarade. Il était inconscient, à n'en point douter.
Il n'est pas allé voter. Le bismuth a gagné (c…