Articles

Affichage des articles du décembre, 2016

Décembre en Corse

Image
J'aimais bien aller trainer mes guêtres du côté de la place Victor Hugo. J'ai souvenir de jeux de lumière dans les fontaines gelées, de collants sous le jean pour me protéger du froid. Mais j'aimais bien ça. Noël approchait, une ambiance particulière régnait sur ma ville, un air de fête.
C'était il y a bien longtemps.
Aujourd’hui, ces froids vifs ont disparu. Ils sont loin de moi, dans ma mémoire et dans mon cœur. Allie réchauffement climatique et migration du cœur des Alpes vers la Corse et tu auras une idée du fossé entre ces mois de décembre.
Et même si ces froids vifs me manquent. Même si je regarde avec peine les rares névés subsistant des chutes de neige de novembre, en haut, tout en haut de la montagne. J'adore décembre en Corse. C'est un mois un peu particulier entre traditions locales et envie de vivre comme partout. Un mois en douceur, comme une parenthèse dans l'hiver. Décembre en Corse, peu le connaissent et pourtant, il est sans doutes l'un…

Quelques mots pour Alep

Image
Sous nos yeux, Alep se meurt. Et l'immobilisme demeure. Pour les aider, Qu'avons nous fait ?
Mais que faisons-nous ? Alep se meurt devant nous. Et nous nous déchirons. Pourtant, certains ont trouvé la solution.
Si simple, si évidente. Plutôt que de fuir. Se battre, ils n'ont qu'à.
Alep s'est rebellée. Alep est massacrée. Avec elle, la troisième voie s'éteint. Avec elle, l'alternative à Bachar et Daesh s'éteint.
Mais pour Alep, qu'avons nous fait ? Les coupables avons désigné. Bachar et Poutine Et nos dirigeants immobiles.
Puis les yeux avons détourné. A nos petites vies sommes retournés. Comprends, nous avons une crise économique. Comprends, nous avons une crise politique.
Alep, je suis déchirée. Alep, je suis désolée. Nous t'avons abandonnée Et notre humanité, piétinée.
L'histoire nous regarde. L'histoire nous juge.
J'ai honte, tellement honte. De nous, de moi.

La brillantissime idée qui remet tout en place

Image
Marine, je sais que tu vas être étonnée, mais, je voulais te dire un petit mot. Un tout petit mot : Merci. Du fond du cœur, Merci. Merci beaucoup, même ! Et encore, ce n'est pas assez fort "Merci" pour exprimer les sentiments qui bouleversent mon cœur depuis cet après midi mais j'ai une excuse : je n'ai pas l'habitude de te dire des mots gentils, de te remercier. Depuis que j'ai appris que, toi présidente, les enfants d'étrangers n'auraient plus accès à l'école, je saute de joie. Je me suis même cognée la tête au plafond, tellement j'exultais. Ou alors, mieux, ils auront école mais pas au milieu des bons petits français. On ne se mélange pas beaucoup mais alors là, ce sera ségrégation quasi-totale. Comme à la belle époque d'Hitler avec les petits juifs.
Quelle brillantissime idée d'interdire l'accès à l'école de la République aux enfants de clandestins et de la faire payer aux enfants d'immigrés. Comme ce sont les fami…

Un prénom pour la vie

Image
Je râle beaucoup, m'offusque facilement mais je suis quelqu'un d'assez réservé et il est très rare que je m'engatse directement avec les gens, surtout quand ce sont d'illustres inconnus. Et pourtant et pourtant, quand il s'agit de mes enfants, je ne réfléchis plus, toute mon éducation s'envole et je pars au quart de tour.
Il faut toujours se méfier d'une mère accompagnée de son petit. Toujours, quelle que soit l'espèce animale, y compris humaine ... Sachez-le.
C'est ainsi qu'il y a quelques années, sur la plage, j'ai eu une violente altercation avec un groupe de sombres idiots. Des imbéciles qui n'avaient rien trouvé de mieux que, depuis un long moment, de se gausser du prénom de ma fille. Mon enfant de 5 ans, qui jouait tranquillement et ne leur avait rien demandé. J'avais fini par voir rouge et j'étais partie en Live.
Depuis ce jour-là, je ne supporte plus qu'on se moque des prénoms. Rire d'un prénom, faire une lis…

Une méditation, et ça repart

Image
Depuis le réveil, c'était un jour "Sans". Une de ces journées où on n'a envie de rien, du tout. Pas envie de faire cette journée, justement. Pas envie de sortir du bain. Pas envie d'aller à la Sant'Andria l'après midi. Mais quelle idée de leur avoir laissé le choix ? Le choix entre aller au cinéma voir le dernier Disney et se rendre à la Sant'Andria ... Je voulais me faire un cinéma avec eux, régresser à fond devant le Disney de Noël.
Pas envie non plus d'aller à la formation du lundi et du mardi. Mais quelle idée de s'être inscrite à cette formation ? D'autant plus que depuis deux jours, j'avais confirmation que l'un des deux concours était foiré, en plein.
Bref, pas d'envie. Aucune. Même me trainer lamentablement comme une vieille loque ne me tentait pas. Pourtant, je sentais que je devais me bouger, me motiver, sinon le reste de la journée allait être catastrophique. Vers midi, j'ai fait habiller Catboy et je me suis se…