Sardaigne - Ozieri à Cala Gonone


On continue notre voyage à travers la Sardaigne. Après une douce nuit au bord du lac de Coghinas, nous remballons nos affaires et prenons la direction de Cala Gonone où j'ai vu qu'il y aurait des grottes à visiter. 


Nous profitons des paysages vallonnés et admirons la diversité Sarde : il y a une agriculture variée, qui semble se rapprocher de la polyculture (ils font par exemple les foins dans leurs oliveraies, chose que je ne vois jamais en France, ni même en Corse), l'industrie existe et notamment l'exploitation du fameux liège. Nous ne voyons guère de gaspillage d'eau sur cette île qui compose depuis le début de son histoire avec les sécheresses estivales. 

Mais je crois que ce qui nous frappe le plus, c'est l'omniprésence des éoliennes : la moindre crête en est hérissée. Clairement, encore une fois, on a des leçons à prendre sur les Sardes.


En chemin, nous nous arrêtons quelques instants à Ozieri, petite bourgade installée à flanc de colline, en amphithéâtre face à la vallée. C'est le matin, jour de marché, autant dire que les rues sont plus animées que celles de Luras, la veille ... Et les gens qui te sourient et te disent bonjour, avec ta tête de touriste, c'est un pur bonheur cette ville.



On reprend la route. Vers Dorgali, la région devient plus montagneuse et les villages nous font de l’œil. J'aimerais bien les visiter, passer du temps dans ce cœur montagneux de l'île qui me charme tant par son authenticité. 



Mais nous n'avons que quatre jours et je voudrais un peu voir des grottes, notamment celle del Bue Marino, à Cala Gonone. Nous décidons donc de bifurquer. Le franchissement de la montagne qui sépare Dorgali de Cala Gonone est à couper le souffle et la micro-région est à proprement parler superbe ! Étrangement, elle me rappelle vaguement ma Provence (les calcaires gris et le vert de la végétation qui ferait penser à la garrigue). Je suis vraiment subjuguée.

La plage du midi est un régal. L'eau est bonne et les rires des enfants résonnent encore dans mes oreilles, un mois après.




Il est déjà temps de repartir à la recherche d'un endroit pour dormir. A la recherche de la perle rare, nous pouvons admirer la beauté de la région ainsi qu'une nouvelle activité : l'extraction de marbre ...

Et nous avons le bonheur d'observer une ribambelle de Guêpiers d'Europe, oiseaux aux mille couleurs.


Commentaires

  1. Je rêve d'aller en Sardaigne!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu en as l'occasion: n'hésite, c'est magnifique !

      Supprimer
  2. Merci pour ces très belles photos, ça donne envie de visiter la Sardaigne ! Depuis le temps que j'en entends parler, il me tarde de la découvrir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie pour ton commentaire !!! C'est vrai qu'on entend beaucoup parler de la Sardaigne, en ce moment, il m'a fallu du temps pour me décider mais maintenant, il me tarde d'y retourner ;-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?